Entre Nous

19 septembre, 2016

Paris au Moyen Age

Filed under: Non classé — db @ 6:17

18 septembre, 2016

Pays de lavande

Filed under: FRANCE BALADES,GRAPHIQUES — db @ 7:47

fae178f828052546f8b8d6e0476311d1

Source: Crash cul de sac

17 septembre, 2016

L’habitacle

Filed under: Non classé — db @ 6:22

2fd9133464011b7a1282e48344ed675e

16 septembre, 2016

Robe à vendre

Filed under: Non classé — db @ 2:48

371ddf660b554b94839f6f20b64b23c2

15 septembre, 2016

Quelques mots de liaison

Filed under: VOCABULAIRE — db @ 2:35

Mots de liaison

Avoir des choses à dire, c’est bien.
Savoir les articuler, c’est encore mieux.
Il existe quantité de mots qui, lorsqu’ils sont employés à bon escient, peuvent rendre ce que vous dîtes bien plus efficace.
En voici une première liste. D’autre suivront.
Initialement, l’intérêt est donc d’en connaître le plus possible de façon à ne pas avoir à se répéter et savoir structurer logiquement votre discours. (more…)

13 septembre, 2016

La bio

Filed under: Non classé — db @ 6:13

C’est quoi la bio?

Les Trois Couleurs

Filed under: FRANCE BALADES — db @ 5:19

d0027e0f099babcc36e34b8f8e55ae4f

Claude Serre

Filed under: GRAPHIQUES — db @ 2:38
Tags:

69954081_p

11 septembre, 2016

Trompe l’oeil

Filed under: FRANCE BALADES,GRAPHIQUES — db @ 9:11

8e2341654546ebc45c926a4de004dfaa

Via PauseCafein

Les marqueurs de concession

Filed under: GRAMMAIRE — db @ 7:08
Tags:

Renaud-Axelle Red : Manhattan-Kaboul

Filed under: CHANSONS — db @ 6:57

Renaud axelle red manhattan kaboul (clip)

Renaud & Axelle Red
Manhattan Kaboul

2002 « Boucan d’enfer »

Les paroles :

Petit Portoricain, bien intégré quasiment New-yorkais
Dans mon building tout de verre et d’acier,
Je prends mon job, un rail de coke, un café, (more…)

10 septembre, 2016

Les nantis veulent du multicul à tout prix

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 10:21

2828452007

Source : Amaury

Les nantis n’habitant pas les quartiers où la « diversité » est présente se réjouissant de la décision du Conseil d’État d’autoriser de fait le burkini, provoc islamiste, veulent du multiculturel à tout prix. Hé bien ils vont en avoir de la différence, de l’exotisme à peu de frais, de la coutume religieuse traditionnelle et pittoresque. Ils veulent du multiculturel car cela flatte leurs vanités. Il voient cela dit le multiculturel en « clichés » de cartes postales : les épices multicolores, les femmes tatouées au henné, les hommes mystérieux derrière leur look de « fier nomade du désert ». Quand ils ont un zeste de culture, cela leur rappelle leur lecture de Jean Genet sur les palestiniens.

Mais leur perception de la différence ethnique demeure donc clairement colonial au fond, ce que l’on peut trouver un rien ironique. Cette conception de la différence est à géométrie variable, elle est liée au masochisme mémoriel constant que la France doit subir depuis des décennies et à cette « haine de soi » de la majorité des occidentaux évoquée par Reynald Secher, une haine d’eux mêmes les amenant à rejeter toute leur histoire, leurs racines, leurs valeurs. L’ignorance le dispute à la sottise, le salmigondis de lieux communs vaguement syncrétistes à la bouillie pour chats très superficiellement humaniste.

Ce n’est en rien par humanisme qu’ils veulent du multiculturel jusqu’à l’absurde, il s’agit juste pour eux de se distraire de leur profond ennui de privilégiés décervelés, profondément amoraux comme l’étaient leurs ascendants mais de manière beaucoup moins hypocrite.

On peut le leur reconnaître…

Car ce sont bel et bien des nantis issus de milieux protégés, bénéficiant encore de réseaux, se cooptant entre eux. Eux prétendent que les privilèges objectifs dont ils bénéficient sont des « sentiments », qu’être encore un bourgeois relève de l’opinion que l’on a de soi. De temps en temps, bien entendu, ils laissent entrer dans leurs rangs un fils ou une fille de prolo, pour l’image, pour se donner bonne conscience. C’est encore mieux bien entendu quand celui-ci est « issu de la diversité », enfin s’il est présentable, s’il n’est pas trop rebelle et qu’il ne la ramène pas de trop durant les soirées mondaines…

…Ils veulent du « bon sauvage » en somme, du « bon sauvage » de service très très gentil et docile.

 

9 septembre, 2016

1926

Filed under: GRAPHIQUES,ORAL — db @ 7:27

35669-toblerone-chocolates-tobler-1926-hprints-com

7 septembre, 2016

La Rentrée scolaire 2016

Filed under: FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 12:15

 

On peut lire cette affiche  du Ministère de l’Education dans toutes les écoles et établissements de France.

 

vigipirate2016-alerte_616072

Comme

Filed under: GRAMMAIRE,VOCABULAIRE — db @ 1:11
Tags: ,

 

Comme est une conjonction de subordination qui indique la conséquence et ses résultats. (as, since). On le place le plus souvent au début de la phrase

Comme elle n’avait pas faim, elle n’avait pas finir son plat.

Comme il était fatigué, il s’est couché.

Comme tu sais déjà tout, ce n’est pas la peine de t’en dire plus.

Pour explorer un peu plus les autres sens de ce mot : Comme

 

2 septembre, 2016

Marché de Provence

Filed under: FRANCE BALADES,GRAPHIQUES — db @ 2:28

provence-vegetablesprovence-france_1_grande

Source: www.barloga.com

31 août, 2016

Carte des langues de France

Filed under: Non classé — db @ 2:29

Source:lexilogo
france_langues

Bonjour, ça va?

Filed under: Non classé — db @ 2:22

29 août, 2016

Les pronoms

Filed under: GRAMMAIRE — db @ 7:03
Tags:

8cac29215dfabb8726ab0c84676f8ecd

La Grande Guerre des Emeus

Filed under: Non classé — db @ 12:54

emuQuelques années après la fin de la Première Guerre mondiale, et sept ans avant le début de la Seconde, l’Australie a elle aussi mené une guerre sur son sol. En 1932, le pays a décidé de déclarer la guerre aux émeus.

Les émeus, ce sont ces gros oiseaux, incapables de voler, et qui ont causé visiblement pas mal de soucis aux agriculteurs de l’ouest du pays, explique Atlas Obscura:
«Ils vivaient des moments difficiles avec leurs récoltes, après la Grande Dépression, et ces difficultés se sont décuplées avec l’arrivée de 20.000 émeus, qui migraient vers l’intérieur des terres, lors de leur période de reproduction. Les agriculteurs ont fait part de leurs inquiétudes au gouvernement, qui a fait appel à une députation d’anciens soldats de la Première Guerre mondiale, qui ont demandé à pouvoir utiliser des mitrailleuses pour combattre les émeus.»
Des oiseaux en fuite
Une vidéo republiée l’année dernière par British Movietone montre d’ailleurs bien l’ambiance assez folle qui règne à l’époque, et comment les forces australiennes s’en sont prises aux émeus.

«Cette fois-ci, les oiseaux ne ruineront plus les agriculteurs, le vent a tourné. Aucun dégât ne sera fait ici à l’avenir.»

Le petit problème, c’est que ce n’a pas vraiment été le cas ensuite. Résultat, Cracked classe cette histoire parmi les cinq moments les plus gênants dans l’histoire de la guerre. Il faut dire que les émeus ne se sont pas laissés faire. «Seuls quelques-uns sont tombés sous les balles, les autres s’échappant sans laisser de trace. Et la plupart des oiseaux qui se sont enfuis avaient clairement été touchés. Ils n’en avaient simplement rien à foutre des balles.»

L’invulnérabilité de tanks

National Geographic souligne que les oiseaux étaient visiblement «plus intelligents et rapides que ce que les soldats ne l’avaient anticipé». Résultat: après avoir tué tout juste 300 animaux, Melbourne a exigé un cessez-le-feu. Après leur retrait, le Major Meredith était visiblement impressionné par la résistance des oiseaux, indique le Sunday Morning Herald:

«Si nous avions une division de l’armée avec une capacité à encaisser les balles comme ces oiseaux, elle pourrait affronter n’importe quelle armée dans le monde… Ils peuvent faire face à des mitrailleuses avec l’invulnérabilité de tanks.»

Finalement, les Australiens sont repartis au combat à la demande des agriculteurs. Mais après 986 autres oiseaux tués (avec 9.860 balles), et 2.500 blessés, les émeus ont commencé à susciter une certaine sympathie, et la presse a commencé à se moquer de cette guerre. Après des débats sur une solution plus «humaine» pour se débarrasser des émeus, l’armée a finalement reconnu sa défaite. Comme l’indique National Geographic, les habitants ont essayé de faire revenir les soldats pour finir ce combat pour le gouvernement a toujours refusé.

Si pendant des années les émeus ont été chassés, depuis 1999, une loi fédérale les protège. Aujourd’hui, ils semblent plus nombreux qu’avant la colonisation européenne. Et dans certains cas, explique ABC, ils sont élevés pour leur huile, ainsi que pour leurs plumes et leur viande.

Source :   aaeaaqaaaaaaaahoaaaajgy4yjqwnmm3ltbmmdetngvins04mwyxltk2nmixmduzmwi4mg1

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.