Entre Nous

17 janvier, 2011

Un Breton exilé témoigne

Filed under: AUSTRALIE — db @ 7:58

Australie. Inondations : un Breton exilé témoigne

15 janvier 2011  Installé depuis dix ans en Australie, le Taulésien (29) Frédéric LeGonidec vient de vivre des jours très difficiles. Lesrécentes inondations ont littéralement dévasté la région où il réside, à Hatton Vale. «C’est un véritable mur d’eau qui s’est abattu sur nous lundi. Un ?inland tsumani? qui a tout dévasté sur son passage». Depuis une semaine, Frédéric Le Gonidec et sa famille sont bloqués dans leur maison d’Hatton Vale, dans le Queensland. Une petite ville située à mi-chemin entre Toowoomba et Brisbane. «Les dégâts sont hallucinants», témoigne cet homme de 35ans, comptable dans une entreprise spécialisée dans les… pompes pour irrigation.

16 morts et de nombreux disparus

«Il a plu, presque sans discontinuer, pendant plus de deux mois. Des pluies torrentielles.» Ces inondations sans précédent ont fait 16morts, sans compter les nombreux disparus. Fermes rasées, magasins détruits, maisons entières emportées par des torrents de boues. «C’est incroyable, à certains endroits, c’est la désolation, on dirait qu’il y a eu la guerre ici. D’ailleurs, l’armée est sur place!» Si Frédéric, son épouse Kylie et leurs deux enfants n’ont pas été touchés directement, leur maison étant située sur les hauteurs de la ville, ce désastre a occasionné des dégâts collatéraux. «Ma femme, qui était employée dans des serres produisant des fleurs, a perdu son travail. Ici, tout le monde a été touché par ces crues, directement ou indirectement.» Depuis hier, la vie reprend doucement son cours à Hatton Vale. «Le niveau des eaux a commencé à baisser», confie Frédéric. Si en amont, on commence à dresser le bilan de la catastrophe, en aval, rien n’est encore réglé. «Brisbane, dont certains quartiers sont encore sous les eaux, connaît des problèmes d’insalubrité, car les stations d’épuration ont débordé». La capitale du Queensland, deuxième plus grand état d’Australie, risque donc de mettre du temps à se relever. Et après les inondations, c’est le marasme économique qui est à craindre.

  • Gwendal Hameury

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :