Entre Nous

21 avril, 2017

L’Australie durcit l’obtention de la nationalité

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 1:17

s3-news-tmp-112560-le_figaro_01-default-300L’Australie a annoncé aujourd’hui le durcissement des conditions d’obtention de la nationalité australienne, imposant comme préalables un bon niveau d’anglais, l’adhésion aux « valeurs australiennes » comme l’égalité entre les sexes et une période probatoire de quatre ans.

 

« Nous ne sommes pas définis par la race, la religion ou la culture, comme de nombreuses autres nations », a expliqué le premier ministre australien Malcolm Turnbull à la presse.

« Nous sommes définis par notre adhésion à des valeurs communes, des valeurs politiques, l’Etat de droit, la démocratie, la liberté, le respect mutuel, l’égalité entre les hommes et les femmes, a-t-il dit. Ces valeurs fondamentales nous définissent en tant qu’Australiens. Les procédures d’obtention de la citoyenneté doivent le refléter. Aujourd’hui, nous annonçons des changements pour renforcer la citoyenneté, pour avoir une Australie plus forte, une citoyenneté plus forte, des citoyens plus forts ».

Cette annonce survient dans un contexte de pressions populistes croissantes, le parti anti-immigration One Nation de Pauline Hanson bénéficiant d’un nouveau souffle dans l’opinion.

Pour demander la nationalité australienne, les candidats devront avoir bénéficié du statut de résidents permanents pendant quatre ans, contre un an actuellement. Le test « civique » auquel ils sont soumis sera durci, avec par exemple des questions « sur la violence conjugale », a déclaré le ministre de l’Immigration Peter Dutton.

« On a le droit de dire que si quelqu’un veut devenir citoyen australien, il est tenu de faire la démonstration qu’il partage certaines choses, a ajouté M. Turnbull. Engagement derrière nos valeurs, l’allégeance à notre pays, un bon niveau d’anglais, être ici depuis quatre ans, faire la démonstration de son engagement, ce n’est pas simplement une procédure administrative. »

Aujourd’hui, le gouvernement a annulé un programme de visas temporaires pour certains travailleurs étrangers qualifiés et destiné aux entreprises manquant de main d’oeuvre, au profit d’un nouveau système visant à privilégier l’emploi d’Australiens. M. Turnbull avait alors dit qu’il s’agissait de mettre « les Australiens et les emplois australiens d’abord »

20 octobre, 2016

Fait divers

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 8:39

Australie : son plan « Tinder » vire au drame
Maxime-M 15 octobre 2016 Au tribunal, News

15/10/16 – Brisbane.

1452811365615Le procès qui se tient ces jours-ci devant la cour d’assises de Brisbane en Australie passionne la presse anglo-saxonne. Gable Tostee, 30 ans est dépeint comme un monstre depuis des mois. Mais ce jeune homme accusé d’homicide est-il réellement coupable de la mort de sa conquête d’un soir ? Ce sera aux jurés d’en décider…

Wright est une jeune Néo-Zélandaise de 26 ans. En cette fin juillet 2014, elle (more…)

24 août, 2016

Australie : le poids des mots

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 2:49

 

img_1725

241px-abc-radio-national-svgÉlodie Largenton 
Le dictionnaire national australien vient d’être mis à jour. Plus de 6 000 mots et expressions ont été ajoutés. Des choix qui en disent long sur la culture et l’histoire australiennes.
C’est en 1988 que le dictionnaire australien a fait son apparition. Le but était de consigner les termes et expressions purement australiennes. Près de trente ans après, une deuxième (more…)

21 août, 2016

Une maison de rêve pour 3.40 euros

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 1:29

Australie : une maison de rêve pour 3.40 euros

publié le samedi 20 août 2016 à 11h00

Une association australienne a lancé une loterie dont le gros lot est une somptueuse maison de bord de mer dont la valeur est estimée à près de 3 millions d’euros. Le prix du billet : 5 dollars australiens, soit environ 3.40 euros. (more…)

10 août, 2016

La colère des Aborigènes d’Australie

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 12:40

La colère des Aborigènes d’Australie, moqués par un dessin

lemonde-logo-small |  09.08.2016 à 12h26 |Par  Caroline Taïx (Sydney, correspondance)

Le dessin qui a sucité la polémique.

Un père enlaçant sa fille en tutu. Un autre portant fièrement son petit garçon. Un jeune diplômé entouré de deux hommes, certainement son père et son grand-père. Ils ont un point commun : tous sont aborigènes d’Australie. Ces photos de famille, et des centaines d’autres, ont été diffusées sur Twitter, depuis samedi 6 août, avec le mot-clé #IndigenousDads, en réponse à une caricature parue dans The Australian. Ce quotidien conservateur a choisi le 4 août, journée dédiée aux enfants aborigènes en Australie, pour publier un dessin qui n’en finit pas de faire polémique. On y voit un policier ramenant un adolescent à son père. Mais ce père aborigène, bière à la main, certainement saoul, interroge, à propos du jeune : « C’est quoi son nom ? »

Les réactions n’ont pas tardé à tomber pour dénoncer la caricature « raciste ». « Cela implique que les parents aborigènes n’aiment pas leurs enfants, qu’ils sont tous fainéants et alcooliques », a fustigé, consterné, le chef de file des Verts, Richard Di Natale. Le ministre des affaires aborigènes, Nigel Scullion, a jugé que ce dessin, « de très mauvais goût », reproduisait un « stéréotype raciste ». La banque Suncorp et le festival d’Adelaïde ont annoncé le retrait de campagnes publicitaires du journal.

LA QUESTION DE LA PLACE DES INDIGÈNES DANS LA SOCIÉTÉ AUSTRALIENNE EST À NOUVEAU PARTICULIÈREMENT SENSIBLE

Quand Joel Bayliss, un Aborigène travaillant dans la justice des mineurs, a vu le dessin, il a ressenti beaucoup de colère, a-t-il expliqué sur la radio publique ABC. Puis il a cherché à transformer ce sentiment « en quelque chose de positif ». Il a alors simplement envoyé sur Twitter, samedi, une photo de lui et ses deux enfants avec les mots suivants : « Je suis un père aborigène fier. » En quelques heures, les souvenirs de famille, les photos personnelles, les déclarations d’amour de pères aborigènes se sont multipliées. Le créateur de la série à succès « Cleverman », l’Aborigène Ryan Griffen, a tweeté : « Non seulement je connais le prénom de mon fils, mais en plus, j’ai créé un super-héros qui porte son nom. » Un responsable de la ligue de rugby pose en photo à la pêche avec son fils et écrit : « Moi et mon plus jeune enfant… Et un poisson ! Pas une cannette de bière ! »

Le quotidien The Australian a pris la défense de son dessinateur, Bill Leak. Le journal « est fier de (…) contribuer au débat national sur le sujet crucial des affaires aborigènes », a écrit le rédacteur en chef, Paul Whittaker. Le journal reproche à d’autres médias de « nier l’existence d’un problème sérieux ». La question de la place des indigènes dans la société australienne est à nouveau particulièrement sensible, depuis qu’un documentaire a montré, fin juillet, des mineurs, principalement aborigènes, victimes de maltraitance dans une prison. Les Aborigènes représentent 3 % de la population australienne, mais plus de la moitié des détenus de moins de 17 ans.

 Source :  lemonde-logo-smallCaroline Taïx (Sydney, correspondance)
Lire également les commentaires

14 juillet, 2016

Koalas à Raymond Island

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ORALE — db @ 9:40

Une page du JT

http://www.francetvinfo.fr/monde/pacifique/australie-a-la-decouverte-du-sanctuaire-des-koalas_1545477.html

27 avril, 2016

Un contrat gagnant-gagnant

Filed under: AUSTRALIE — db @ 10:00

logo-slogan-x2« C’est une victoire de l’industrie française. C’est la preuve que la France est une grande puissance industrielle. Et c’est aussi victoire de l’industrie française navale », a salué le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian au journal de 20 heures de TF1 mardi, peu après l’annonce d’un mégacontrat de vente de sous-marins à l’Australie, décroché par le groupe français DCNS et estimé à 34 milliards d’euros. (more…)

20 avril, 2016

Kangourou

Filed under: AUSTRALIE,GRAPHIQUES — db @ 4:07

Source A red kangaroo (Natural World – BBC)

18 mars, 2016

Programme vacances travail

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 3:37

 

L’Australie veut rester une destination de prédilection pour les jeunes étrangers en visa vacances travail, une main d’oeuvre tellement vitale pour son secteur agricole qu’elle a poussé le gouvernement à revenir sur une nouvelle taxe prévue pour ces travailleurs.

Chaque année, près de 150.000 jeunes, de 18 à 30 ans, séjournent en Australie dans le cadre d’un visa vacances-travail. On les appelle backpackers en anglais (de backpack, sac à dos) ou PVTistes en français (Programme vacances travail).media_xll_8495888

 Deux backpackeuses en Australie. © thinkstock.

 

 

 

 

 

Multiples raisons
Certains viennent le temps d’une année sabbatique, parfois après leurs études, d’autres pour perfectionner leur anglais ou encore pour fuir la crise économique dans leur pays.

Ils viennent d’une vingtaine de pays, dont la Grande-Bretagne, le Canada, le Japon, Taïwan etc. En 2015, l’Australie a attiré près de 23.500 jeunes Français.

Vacances-travail
Le visa leur permet de rester un an sur l’île continent, en alternant vacances et travail. Il peut être reconduit une fois sous certaines conditions, comme celle d’aller travailler dans les fermes. Environ 40.000 PVTistes sont employés dans le secteur agricole chaque année. Beaucoup font le tour de l’Australie, au gré des récoltes.

Main d’oeuvre « indispensable »
Les agriculteurs comptent sur cette main d’oeuvre flexible et peu chère devenue « indispensable », selon la fédération australienne des agriculteurs (National Farmers’ Federation, NFF). Ces travailleurs permettent de combler de « graves manques de main d’oeuvre », notamment au moment des récoltes.

Nouvelle taxe
Quand le gouvernement a annoncé qu’une nouvelle taxe serait imposée aux PVTistes, les agriculteurs sont montés au créneau. Une pétition de la NFF lancée début février a recueilli près de 30.000 signatures. La mobilisation a été couronnée de succès puisque mercredi, le gouvernement a annoncé une « révision » de cette taxe.

Fuite des PVTistes
Les backpackers gagnent en moyenne 15.000 dollars (9.725 euros) pendant leur séjour, selon la NFF. Leurs revenus sont actuellement taxés à partir de 18.200 dollars australiens (12.250 euros), à 19%, mais à partir du 1er juillet, leurs revenus devaient être imposés à 32,5% dès le premier dollar. Les agriculteurs craignaient que cette taxe fasse fuir les PVTistes vers d’autres destinations, comme le Canada ou la Nouvelle-Zélande.

Cette taxe « nécessite davantage de discussions pour s’assurer que l’Australie ne perde pas sa part de marché dans les visites de backpackers », a expliqué le ministre du Tourisme, Richard Colbeck.

Ces jeunes travailleurs étrangers « sont vitaux pour deux de nos secteurs de croissance de la prochaine décennie, l’agriculture et le tourisme », a-t-il souligné. L’objectif de l’Australie est de « rester une destination de prédilection » pour les PVTistes.

Une nouvelle taxe devra être définie. M. Colbeck a prévenu que les jeunes travailleurs étrangers ne bénéficieraient pas d’un « avantage fiscal » et que les nouvelles mesures devraient être « neutres pour le budget » fédéral.

Le président de la NFF, Brent Finlay, reste vigilant, mais a salué l’annonce du gouvernement. La taxe aurait « entravé la productivité agricole, à un moment où nous devrions nous développer pour répondre à la croissance importante de nos marchés internationaux », a-t-il expliqué.

Chute des prix
Après avoir pleinement profité du boom minier, l’Australie est confrontée à la chute des prix des matières premières, dont le fer et le charbon, et cherche à développer des relais de croissance. L’agriculture en fait partie. Les produits australiens, aussi bien les fruits que le lait ou la viande, connaissent un succès grandissant en Asie.

Le tourisme en développement
Le tourisme est un autre secteur appelé à se développer. Or les PVTistes dépensent en Australie une bonne partie de ce qu’ils gagnent, en particulier pour visiter le pays. Des opposants à la taxe s’étaient également inquiétés pour l’activité économique dans les zones reculées du pays, où ces jeunes travailleurs vivent le temps de leur emploi saisonnier. Une baisse du nombre de backpackers serait autant d’argent en moins pour les hôtels de cette Australie rurale.

Source  : 7sur7

29 septembre, 2015

Facebook, la Tasmanie et le harcèlement

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 3:16

Des commentaires sur l’état des choses chez les insulaires tasmaniens?

Rachael Roberts, une employée australienne, a pu faire reconnaître par la justice qu’elle était harcelée au travail. Parmi les preuves avancées: la suppression de son profil de la liste d’amis Facebook d’une de ses collègues.

11 août, 2015

Un Français mort en Australie dans des circonstances « suspectes »

Filed under: AUSTRALIE — db @ 9:43

Né à Bordeaux, David Luc Monlun s’était installé à Sydney en 1996, après plusieurs années passées dans le Pacifique. Millionnaire, d’après les médias australiens, ce Français est mort dans des « circonstances suspectes » après avoir consommé diverses drogues, et l’affaire a été transmise à la police, selon un rapport d’enquête rendu public, mardi 4 août.

Le corps de l’homme, âgé de 40 ans, avait été retrouvé le 30 mai 2011 dans un appartement de Sydney. Il est mort après avoir ingéré un mélange toxique de GHB et de méthamphétamine, selon les conclusions de l’autopsie. (more…)

22 juillet, 2015

2 millions de chats sauvages

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 1:00
Tags:

Le gouvernement australien prévoit d’euthanasier 2 millions de chats sauvages d’ici 2020. Ils seraient responsables de l’extinction d’une vingtaine d’espèces. Une mesure radicale qui aurait pu être évitée. Les explications de 30millionsdamis.fr.

Visuel d’illustration. © zhenikov1- Fotolia.com

« Il est très important de souligner que nous ne détestons pas les chats. Nous ne pouvons juste pas tolérer les dommages qu’ils causent à la faune. ». C’est par ces mots que le Commissaire aux espèces menacées, Gregory Andrews, a justifié le nouveau projet du gouvernement australien. D’ici 2020, 2 millions de chats sauvages devraient être euthanasiés notamment avec des appâts empoisonnés, le tout de façon aussi « humaine et efficace » que possible. Une application smartphone permettra aussi de signaler ces chats aux autorités.

LES CHATS SAUVAGES, DANGEREUX PRÉDATEURS ?

D’après les scientifiques australiens, les chats sauvages seraient les principaux responsables de l’extinction de 28 espèces de mammifères depuis deux siècles et menaceraient la survie de 120 autres espèces. Chaque jour, ils tueraient 75 millions d’animaux. Parmi leurs victimes, le bilby, le numbat ou encore le chat marsupial de Geoffroy ou de nombreux oiseaux.

Selon des informations du journal anglais The Guardian, l’Australie détient le taux record d’espèces menacées dans le monde. Aujourd’hui, 1800 espèces sont en voie d’extinction sur son territoire. En cause : les chats sauvages mais aussi l’industrialisation de l’agriculture et le développement d’autres animaux nuisibles.

Le gouvernement prévoit donc la création de zones de protection pour ces espèces menacées où leurs prédateurs auront complètement disparus.

LA STÉRILISATION, UN ACTE RESPONSABLE

Ces chats, arrivés avec les colons européens dans les années 1700 appartiennent à la même espèce que les chats domestiques mais sont devenus sauvages et se sont reproduits puis propagés à travers toute l’Australie. Ils seraient aujourd’hui plus de 20 millions.

Une surpopulation qui mène aujourd’hui à une politique brutale qui aurait pu être évitée si des mesures de prévention avaient été adoptées. En France, la Fondation 30 Millions d’Amis finance la stérilisation des chats abandonnés et sensibilise les propriétaires d’animaux à cet acte responsable.

19 juillet, 2015

Des gestes à la maison

« >gestes-a-la-maison

12 juin, 2015

Retour d’un autre monde

Filed under: AUSTRALIE — db @ 12:46

Lizzzyyy vient de passer quelques jours en Australie. Elle donne ses impressions :

dimanche 22 février 2009

Et oui ça y est, je suis rentrée de l’autre bout du monde, de Sydney !

Alors attention, il faut s’accrocher : pour y aller 40 min de vol jusqu’à Londres, suivi de 12h jusqu’à Singapour et enfin 7h pour mettre enfin les pieds en Australie. Mais pour autant, s’il est bien un pays qui vaut 24h de voyage pour y aller, c’est bien celui-là !
(more…)

28 mai, 2015

Gunnedah Dry

Filed under: AUSTRALIE — db @ 10:40
Tags: ,

Here is what Nicole tells her friends about a film she has just seen. Each of the gaps requires a relative. « C’est vraiment un film fantastique ……… j’ai vu hier, celui ……… on passe au Rex. Tu sais bien, avec cet acteur ……… on a parlé l’autre soir. C’est lui ……… a obtenu un César. Ça commence dans une petite ville ……… s’appelle Gunnedah et ……… se trouve dans le Bush australien. Tu sais, celle ……… nous parlait sans cesse Norman, l’étudiant australien. Celui ……… tu as tatoué le nom sur ton bras le jour ……… nous sommes allées à Roland Garros . Tu te souviens ce ……… il nous en a dit? Bref, Muriel, l’héroine, ……… est la femme d’un fermier, ……… est très autoritaire et possessif et ……… elle a épousé très jeune, malgré ……… elle sache tout de son tempérament et son passé. Alors, cette femme rencontre un jour un homme ……… elle ne reconnaît pas à première vue, mais ……… le visage est familier . Enfin, bref, elle ressent un sentiment violent pour cet inconnu, ……… le sourire est mystérieux et ……… a une maladie terminale, ……… elle ignore tout, du moins ……… il n’a rien mentionné au début de leur rencontre dans le magasin bio ……… vient d’ouvrir au centre de la ville. Elle a été émue par la façon de ……… il l’a regardé en lui disant : “ Il y a une araignée sur votre tête.” Alors, elle, ……… jamais quitté sa ville, elle, ……… n’a jamais voyagé, elle part avec lui ……… elle ne sait rien, sur sa moto ……… est d’ailleurs une superbe Harley ……… le bruit est une veritable symphonie et ……… il appelle Amadeus (ce ……… j’ignore les raisons). Bien sûr, Max, le mari, ……… tu imagines, jaloux comme tout, décide de les suivre au volant de son pick-up, ……… l’on appelle ‘ute’ à ce ……… on m’a dit dans le pays ……… se passe l’histoire, et dans ……… il a une arme à feu ……… il utilise pour chasser les dangereux koalas ……… nous avons vus à la télé . Donc le chasseur de koalas mangeurs d’hommes roule à tombeau ouvert à la poursuite des motards, ce ……… attire l’attention d’un policier ……… s’ennuie au bord de la route et ……… décide de les suivre. A ce moment là, il y a un incendie en ville ……… on ignore l’origine. Et ça, c’est seulement les cinq premières minutes du film ……… je t’ai racontées! Je suis sûre ……… c’est un film ……… tu aimeras beaucoup. »

11 avril, 2015

Australie : un téléfilm pour dissuader les demandeurs d’asile

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 11:14

Australie : un téléfilm de 4M$ pour dissuader les demandeurs d’asile de venir

Mis à jour 10 April 2015, 16:32 AEST

En octobre dernier, le Sydney Morning Herald révélait qu’en un an, entre juillet 2013 et août 2014,  le gouvernement de Tony Abbott avait déjà dépensé 23 millions de dollars pour dissuader les demandeurs d’asile d’approcher l’Australie en bateau, soit le budget prévu pour quatre ans.

L’argent avait principalement servi à la réalisation de spots télé et radio, diffusés en 17 langues, dans le monde entier.
Cette fois, c’est un téléfilm qui va être financé par les services de l’immigration, pour plus de 4 millions de dollars. Selon l’émission Lateline de la chaîne ABC, le téléfilm sera diffusé dans les pays en guerre, en Syrie, en Irak et en Afghanistan, mais aussi peut-être dans des pays de transit comme l’Indonésie. Il sera tourné par la boîte de production Put It Out There Pictures, dont l’une des fondatrices, Trudi-Ann Tierney, a réalisé plusieurs films de propagande en Afghanistan.
Ce téléfilm raconterait l’histoire de demandeurs d’asile qui se noient en cherchant à rejoindre l’Australie, pendant que d’autres demandeurs d’asile obtiendraient des visas après avoir choisi de rester dans leur pays et de s’enregistrer auprès du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
Si la première partie de l’histoire semble crédible, étant donné qu’au moins 1 200 personnes ont connu ce sort, la seconde partie laisse perplexe le professeur William Maley, de l’Institut diplomatique Asie-Pacifique :
« Le risque, c’est que l’on finance le film fantastique le plus cher depuis Le Seigneur des anneaux… Beaucoup de gens ne peuvent pas se permettre d’attendre un an dans un endroit dangereux, le temps que les bureaucrates leur répondent. Et c’est l’une des raisons pour lesquels ils se tournent vers des passeurs, qui leur offrent une option nettement plus attractive ; les passeurs peuvent commencer à faire bouger les gens dans les cinq jours suivant la réception d’un acompte. »
Pour le professeur Maley, les 4 millions de dollars seraient plus utiles s’ils servaient à accélérer le processus de traitement des demandes d’asiles par l’Onu.
La productrice du téléfilm argue, elle, que c’est un moyen très puissant pour faire changer les mentalités, et éviter à des gens d’être retenus pendant des mois dans des centres de détention, voire de mourir en route. Il y a un mois, le Premier ministre, Tony Abbott, s’était ainsi félicité d’avoir « fait cesser l’arrivée des bateaux », notamment grâce à ce type de campagnes. « Il est prouvé que les feuilletons et téléfilms sont des médias de choix lorsque l’on veut faire passer des messages complexes à un public en particulier », fait valoir le ministère de l’Immigration.
Le professeur Maley doute que cette campagne du gouvernement australien puisse être aussi efficace :
« Il y a une photo célèbre qui date de septembre 2011. Elle a été prise après l’explosion d’une bombe à Quetta, au Pakistan. On voit des bouts de corps partout et dans le fond, il y a une publicité du gouvernement australien qui dit « n’essayez pas de rejoindre l’Australie par bateau ». Alors, si le risque que vous encourrez est d’être déchiqueté, réduit en miettes par une bombe, la menace représentée par le fait de prendre la mer ne paraît pas si démesurée que cela. »
Rappelons que les demandeurs d’asile qui arrivent en Australie par bateau sont placés dans des camps de rétention sur l’île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou sur l’île de Nauru. Et même s’ils obtiennent ensuite le statut de réfugié, Canberra ne les autorise pas à s’installer en Australie.
Source: Radio Australia

5 mars, 2015

Picnic Hanging Rock

Filed under: AUSTRALIE,GRAPHIQUES — db @ 8:13
Tags:

Dave, un ancien collègue et ami de mes jours anciens à Guernesey me demande des photos d’Australie pour ses classes de conversation. « N’importe quoi, pourvu que ça leur donne un sujet de conversation! » Ah les dégats de la mondialisation. Une photo de l’Australie pour faire parler des Anglais en Français…
Voilà une photo du domaine publique (enfin à ce que j’en sais. Si non, je ferais les rectifications necessaires…)

Alors c’est quoi? C’est où?….
(more…)

24 février, 2015

Koalas

Filed under: AUSTRALIE,GRAPHIQUES — db @ 7:15
Tags:

20 février, 2015

En Australie, l’inexorable disparition des mammifères

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 12:14
Tags: ,

Quels seraient vos commentaires à lecture de cet article?

En Australie, l’inexorable disparition des mammifères

6 février, 2015

Les cabines UV en Australie, c’est fini

Filed under: AUSTRALIE,COMPRÉHENSION ÉCRITE — db @ 12:19
Tags: ,

Voilà plusieurs années qu’en Australie, le cancer de la peau constitue un enjeu de santé publique. A compter du 1er janvier, les cabines UV, déjà bannies au Brésil, y seront interdites dans la plupart des états du pays : Nouvelle-Galles-du-Sud, Victoria, Queensland et Australie-Méridionale.

Si les dispositifs restent autorisés dans la sphère privée, instituts et salon de beauté vont donc être contraints de réadapter leur offre.

43 morts chaque année

Il faut dire que les chiffres font froid dans le dos : avec en moyenne 11.000 cas diagnostiqués chaque année, c’est en Australie que l’on trouve le taux le plus élevé de mélanomes, forme la plus agressive de cancer de la peau.

A en croire le Cancer Council, dans un pays confronté à un trou dans sa couche d’ozone et un fort ensoleillement, deux australiens sur trois seront par ailleurs concernées par un cancer de la peau avant leur 70 ans.

On estime que, chaque année, jusqu’à 280 cas de mélanomes sont dus aux cabines UV, et chez les jeunes c’est un mélanome sur six »

, selon un responsable de l’ONG cité par « Le Monde ». 43 Australiens trouveraient ainsi la mort chaque année après avoir utilisé des cabines.

L’OMS les déconseille depuis 2003

L’exposition aux UV artificiels a été reconnue comme l’une des principales causes de la forte augmentation des cancers cutanés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui déconseille l’utilisation des cabines de bronzage depuis 2003. En Australie, les campagnes de prévention initiées voilà une trentaine d’années semblent toutefois porter leurs fruits : si la maladie continue de progresser chez les plus de 45 ans, elle enregistre une diminution auprès des plus jeunes.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.