Entre Nous

13 mars, 2017

115 pensées positives

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,VOCABULAIRE — db @ 3:31

(more…)

Publicités

8 mars, 2017

Les résolutions que l’on ne tient jamais

Filed under: FRANCE QUOTIDIENNE,LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 3:05

Baguette Advisor

Filed under: FRANCE BALADES,GASTRONOMIE,PARIS — db @ 2:13

Une application pour trouver la meilleure baguette du quartier

Votre boulangerie fait-elle le meilleur pain du quartier?
Des fans de pain développent une application pour permettre aux francophiles de dénicher de bons produits typiquement français partout dans le monde.

«Rechercher, trouver, évaluer.» Ces trois mots résument le fonctionnement de Baguette Advisor. L’application, qui assume s’inspirer du géant TripAdvisor, permettra de géolocaliser les boulangeries proches où se vendent les meilleures baguettes -selon les autres utilisateurs de l’application. C’est sa principale différence avec son grand frère, «TripAdvisor est trop général et permet de noter les boutiques, pas les produits», a expliqué le créateur de l’application Nicolas Diaz à nos confrères d’Ouest-France. «Nous souhaitons mettre en exergue ce qui se fait de mieux», a précise le cofondateur au Figaro.

Pour l’instant en phase de développement, l’application pourrait voir le jour d’ici quelques semaines si les deux cofondateurs parviennent à trouver des investisseurs pour boucler un premier tour de financement de 20.000 euros. Une mission d’autant moins impossible que Nicolas Diaz a déjà réfléchi à l’évolution de Baguette Advisor, qui pourrait à terme proposer de noter «d’autres produits du terroir liés à la baguette», comme le fromage, le vin ou encore la charcuterie.

Des offres payantes pour les consommateurs et commerçants

Et l’entrepreneur esquisse même déjà un modèle économique, évoquant pour l’instant deux sources de financement. Côté utilisateur, d’abord, puisque si les services de base seraient gratuits, la réservation de produits en boutique serait, elle, payante. Et côté commerçants ensuite, grâce à la vente d’emplacements publicitaires dans l’application et la possibilité, là encore, de souscrire à une offre payante pour pouvoir par exemple signaler aux utilisateurs la sortie d’une fournée de baguettes toutes chaudes.

Même si la consommation de pain en France baisse d’année en année, les initiatives fleurissent pour redonner goût aux Français à ce monument de la tradition gastronomique. Et la valoriser auprès de nos voisins et des touristes. La start-up Mon-pain.fr propose par exemple une plateforme de réservation en ligne, notamment destinée à redynamiser les campagnes où les petits commerces ferment les uns après les autres.

2 mars, 2017

Merci Selina!

Filed under: Non classé — db @ 2:25

 

pastedimage

27 février, 2017

C’est le week-end

Filed under: Non classé — db @ 12:11

d08ddd5da801921c7c8babb75bc34234

22 février, 2017

Les nouvelles régions

Filed under: FRANCE BALADES,FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 9:02
Tags:

98c484a220efcceafa41e5a97413ae5c

20 février, 2017

Emeutes

Filed under: FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 2:14

pastedimage-38

19 février, 2017

Airbnb

Après les hôteliers et la mairie, la plateforme de location entre particuliers Airbnb est maintenant dans le viseur de nombreux Parisiens. Certains sont entrés en guerre contre leurs voisins qui louent leur logement en continu aux touristes. Une association veut inciter à les dénoncer.

Des Parisiens en ont assez de voir leur immeuble se transformer en hôtel. La location saisonnière entre particuliers est en plein boom à Paris, alors que la capitale est la première destination au niveau mondial sur Airbnb. La plateforme revendique 70.000 annonces pour Paris et sa banlieue.

Si certains en tirent profit pour ponctuellement arrondir leurs fins de mois, d’autres ont transformé des appartements en logements saisonniers permanents. Dans le 17e arrondissement, Caroline fait partie des habitants qui veulent mettre fin à cette pratique. Dans sa cour, face à sa fenêtre, un appartement est loué sur Airbnb en continu par son propriétaire, engendrant selon elle des nuisances de voisinage au quotidien.

« Il est fréquenté tout au long de l’année non stop par des gens qui ne sont pas de l’immeuble. Ce sont des personnes qui viennent en vacances, qui louent des appartements à plusieurs. On a donc soit de la musique, soit des portes qui claquent, soit des discussions dans la cour parce qu’ils fument dans la cour », explique-t-elle à BFM Paris.
Une « forme de délation » assumée

Airbnb serait-il en passe de devenir le cauchemar des voisins? C’est ce que dénonce Didier Hassan, président de l’association « Pas d’hôtel clandestin dans mon immeuble » (PADHOCMI). Engagé contre les propriétaires qui abusent, il veut inciter les Parisiens à les dénoncer et assume la démarche.
« Il faut engager les copropriétaires à écrire à la mairie de Paris qui a un service de contrôle pour signaler les abus. Certains parlent de délation, oui c’est une forme de délation et alors? Est-ce que vouloir faire respecter le droit c’est de la délation? Non, c’est juste expliquer aux services de la mairie qui sont particulièrement sensibilisés, qu’il y a des abus », explique-t-il.
20.000 logements

À Paris, la location saisonnière est normalement limitée à 120 jours par an. Au-delà, une autorisation préalable est nécessaire. Mais des propriétaires passent outre et de nombreux logements basculent de l’habitat classique à la location saisonnière. Dans Le Parisien la semaine dernière, l’adjoint au Logement Ian Brossat estimait à 20.000 le nombre de ces logements.

« Ce phénomène est nocif car il entraîne une hausse de loyers doublée d’une augmentation des prix de l’immobilier. Il alimente la spirale de la spéculation à Paris », ajoutait Ian Brossat.
Dans certains arrondissements du centre de Paris, les meublés touristiques peuvent représenter jusqu’à 20% de l’offre locative globale, comme sur l’île Saint-Louis dans le 4e arrondissement par exemple. Contre les abus, la mairie de Paris a décidé début 2017 de renforcer son service dédié aux contrôles en passant de 20 à 25 agents.

Carole Blanchard avec Thomas Pernette

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-fronde-des-parisiens-contre-leurs-voisins-qui-abusent-d-airbnb-1088439.html?mc_cid=d25e4161be&mc_eid=0d8c017141#

14 février, 2017

Des noms d’oiseaux

Filed under: ORAL,VOCABULAIRE — db @ 10:45
Tags: , ,

474de637eacaaab4f3f0fdbc74e7d050

Paul

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,FRANCE BALADES,VOCABULAIRE — db @ 7:51
Tags:

Paul Taylor

13 février, 2017

Baromètre de la confiance

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 8:28

c2hb3duwiaarshr

Vérifier si l’on a bien compris

Filed under: VOCABULAIRE — db @ 8:00
Tags: ,

f7419fbc96b029e17c40345b4cc1747d

12 février, 2017

Les Catacombes

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,FRANCE BALADES,PARIS — db @ 1:06

10 février, 2017

Les relatifs

Filed under: Non classé — db @ 11:32

1472076_587418174638737_781148626_n

Le partitif

Filed under: Non classé — db @ 11:27

1fe951680e7d69059767483661260045

                                                                                                                                                                                             Saved from TES Teaching Resources                                                                            

7 février, 2017

Les animaux de compagnie

Les animaux domestiques n’ont jamais été aussi populaires dans le cœur des habitants de l’Hexagone. S’ils étaient encore « 30 millions d’amis » à partager notre quotidien il n’y a pas si longtemps, ce sont maintenant plus de 61,6 millions d’animaux de compagnie qui peuplent les foyers français !
La population des chiens, chats, poissons et rongeurs français est désormais la plus importante de toute l’Union européenne.
Et l’attention que leurs portent leurs maîtres français n’a, elle aussi, pas cessé de croître. Les dépenses en alimentation, accessoires et soins de nos amis à quatre pattes représentent chaque année 3,5 milliards d’euros.
wamiz

6 février, 2017

Le sourire

Filed under: Non classé — db @ 5:10

 

4332799898545c0a005032445e4ea874

4 février, 2017

Maupassant : Coco

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,LITTÉRATURE — db @ 8:19

GUY DE MAUPASSANT(1850 – 1893)(Coco a paru dans le Gaulois du 21 janvier 1884 puis dans Les Contes du Jour et de la Nuit en 1885) Coco est ici et la version anglaise c’est là

mp3 

COCO

Dans tout le pays environnant on appelait la ferme des Lucas « la Métairie». On n’aurait su dire pourquoi. Les paysans, sans doute, attachaient à ce mot « métairie » une idée de richesse et de grandeur, car cette ferme était assurément la plus vaste, la plus opulente et la plus ordonnée de la contrée.

La cour, immense, entourée de cinq rangs d’arbres magnifiques pour abriter contre le vent violent de la plaine les pommiers trapus et délicats, enfermait de longs bâtiments couverts en tuiles pour conserver les fourrages et les grains, de belles étables bâties en silex, des écuries pour trente chevaux, et une maison d’habitation en brique rouge, qui ressemblait à un petit château.Les fumiers étaient bien tenus ; les chiens de garde habitaient en des niches, un peuple de volailles circulait dans l’herbe haute.Chaque midi, quinze personnes, maîtres, valets et servantes, prenaient place autour de la longue table de cuisine où fumait la soupe dans un grand vase de faïence à fleurs bleues.Les bêtes, chevaux, vaches, porcs et moutons, étaient grasses, soignées et propres ; et maître Lucas, un grand homme qui prenait du ventre, faisait sa ronde trois fois par jour, veillant sur tout et pensant à tout. (more…)

Dire qu’on a oublié

Filed under: ORAL,VOCABULAIRE — db @ 6:17
Tags: ,

a38277a20ca3f7e2de0478ab4710e3b5

2 février, 2017

Do you speak français ?

Filed under: Non classé — db @ 9:42

Do you speak français ?

  • Par Chloé Cosson
  • Publié le 11/01/2017 à 06:00
Helen Mirren dans The Queen de Stephen Frears, 2006.«Overbooké», «checker», «spoiler»… Volontaires ou non, les anglicismes font partie de notre quotidien. Mais d’où viennent ces mots «in english» ? Le Figarovous propose de revenir sur ce vocabulaire emprunté à la langue de Shakespeare.

Ces expressions et mots anglo-saxons qui fourmillent dans nos conversations, notamment du fait de la mondialisation, font débat. La «Loi Toubon» du 4 août 1994, préconise l’emploi systématique de la langue française au sein des différentes sphères de la société, en entreprise ou dans la publicité.

Raillée à l’époque, la loi est pourtant célébrée lors de l’anniversaire de ses vingt ans en 2014, signe d’un souci croissant de préservation de la langue française. Retour sur les différentes sphères d’utilisation des anglicismes.

● Businessfreelancemanager, ces anglicismes du monde professionnel

Le mot business, de l’anglais business, «affaires», «commerce», à prononcer «bizness» s’il vous plaît, a été importé par les Français qui avaient voyagé aux États-Unis. Il est recensé pour la première fois dans l’œuvre de Jules Vallès, La Rue à Londres, en 1884.

«Travailler en freelance» vient de l’anglais freelance dont on trouve une occurrence dès 1809 dans un roman de l’auteur écossais Hugh Miller. Formé des mots «free» (libre) et «lance» (arme), le terme est employé au départ pour désigner un mercenaire «libre». L’idée d’indépendance est restée, un freelance est aujourd’hui un travailleur à son compte.

Le mot manager vient du verbe anglais «to manage», lui-même de l’italien maneggiare qui signifie «contrôler», «manier». Apparu en 1785, un manager était au départ un maître de cérémonie.

● Square , brunch, week-end, ces anglicismes de la vie quotidienne

Le mot square qui désigne un petit jardin public vient de l’anglais square. La locution anglaise a un sens plus large, elle fait aussi référence à la forme carrée ou à une place dans la langue de Shakespeare.

Le brunch fait rage en ce moment dans les restaurants et cafés à la mode. De l’anglais brunch, il désigne un repas tardif du matin, associant des mets sucrés et salés. C’est ce que l’on appelle un mot «porte-manteau» en anglais car il combine les termes «Breakfast» (petit-déjeuner) et «Lunch» (Déjeuner). Il était à l’origine employé dans le langage familier par les étudiants anglais à la fin du XIXe siècle.

Le week-end est un anglicisme presque inévitable en français. Arrivé en France en 1926, dans l’œuvre de Jean Giraudoux, Bella, le mot vient de l’anglais weekendcomposé des termes week (semaine) et end (fin).

● Stalkercoolspoiler ces anglicismes branchés

Stalker ou stalquer, forme francisée du verbe anglais to stalk qui signifie littéralement «traquer», «suivre», est utilisé au sens de «harceler».

Cool, de l’anglais cool qui veut dire «frais» ou «froid», «détaché» ou «décontracté» au sens figuré, s’emploie surtout au sens de «super», «formidable» ou «sympathique». Il a été popularisé au sens de «à la mode» dans les années 1950 aux États-Unis par le saxophoniste Lester Young, dans le milieu du jazz.

Pour l’anecdote: «à la mode» dans une discussion anglophone signifie «avec de la glace».

Spoiler, du verbe anglais to spoil qui veut dire «gâcher» ou «gâter» est communément employé en faisant référence à un élément dévoilant avant l’heure l’intrigue d’une œuvre, d’une série, d’un film ou d’un jeu vidéo, «gâchant» tout effet de surprise.

● News, pure player, interview, ces anglicismes des médias

News, de l’anglais news signifiant «nouveau», «nouvelle» désigne un magazine hebdomadaire en couleurs consacré à l’actualité (politique, économie, société, culture).

Un pure player fait référence à un acteur exerçant son activité commerciale uniquement sur Internet ou par extension, dans un seul secteur. C’est en réalité un faux anglicisme qui veut littéralement dire «pur joueur». Le pure player est un magazine exclusivement en ligne. L’expression s’oppose à brick and mortar(«briques et mortier») pour désigner les entreprises qui vendent de façon traditionnelle, en contact direct avec le client.

Interview est un emprunt à l’anglais interview qui vient du mot français «entrevue». Il est employé dès le début du XVIe siècle, parfois sous la forme entreview, faisant référence à un «entretien»

● Internet, geek, tag, ces anglicismes de l’informatique

Internet est aussi ce que l’on appelle un mot «porte-manteau» formé des termes «International» et «Network» (réseau). Bien qu’employé dès octobre 1972 par l’ingénieur américain Robert Elliot Kahn, le terme Internet ne sera officialisé que dix ans plus tard, le 1er janvier 1983.

Geek, vient selon le dictionnaire Oxford (Oxford American Dictionary), de l’allemand geck, qui désigne un «fou», un «espiègle», et du néerlandais gek qui incarne la folie. Le terme s’est popularisé avec l’arrivée massive des nouvelles technologies dans les années 1950. Le mot geek se traduit en anglais par «crack en informatique» ou «nul», «blaireau». En France, un geek est davantage un passionné d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo.

Tag est un mot ancien pour «étiquette». Sur Internet, il fait référence à un mot-clé.

● Match, fan, jogging, ces anglicismes du monde du sport

À l’origine terme de sport hippique, le mot match, employé dès le XVIe siècle, s’est répandu dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il signifiait au départ «partenaire» ou «compétition dans une activité sportive».

Arrivé dans le langue française en 1923, le terme «fan» est issu par apocope de l’anglo-américain fanatic qui signifie selon le Trésor de la langue Française Informatisé (TLFI) «spectateur assidu et averti d’une rencontre sportive».

Le mot jogging est emprunté à l’anglo-américain jogging qui fait référence à la course à pied pratiquée par tout le monde, le substantif verbal est attesté selon le CNTRL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) dès 1565 au sens de «action de trotter». À noter que le mot basket est un faux anglicisme qui se dit trainers ou sneakers en anglais.

● Kid, water-closet, tour-operator ces anglicismes ringards

La linguiste française Henriette Water recensait dans son ouvrage L’aventure des mots français venus d’ailleurs paru en 2014 tous ces mots d’origine anglo-saxonne démodés.

Le mot kid de l’anglais kid qui signifie «enfant» ou «gamin» n’est plus courant dans la langue française. On parlera plutôt d’enfants ou d’ados. Qui dit encore water-closet au lieu de «WC» ou de «toilettes»? L’anglicisme tour-opérateur pour désigner un organisateur de séjours touristiques n’est plus vraiment populaire non plus, détrôné par le mot français «voyagiste».

Et si on remplaçait les anglicismes par des mots français?

L’Académie française préconise ainsi l’utilisation de «mot-dièse» à la place de «hashtag». Le très utilisé «big data» peut-être remplacé par «mégadonnées». Les «digital native» deviendraient des «enfants du numérique», on ne dirait plus «streaming», mais «flux». On enverrait désormais des «courriels» au lieu des «mails».

En ce qui concerne les expressions et autres idiotismes, l’utilisation du mot «délivrer» du latin chrétien deliberare, au sens de «donner des informations» relève de l’anglicisme. On dira: «Elle m’a apporté de précieuses informations» et non «Elle m’a délivré de précieuses informations».

N’oublions pas que les Anglais, eux aussi sont friands de mots français. Les termes «chic», «rendez-vous», «croissant», «fiancée», «bizarre» ou les expressions idiomatiques «à la carte» et «c’est la vie» font ainsi partie intégrante du paysage linguistique anglophone.

Erreurs de syntaxe ou d’orthographe, faites-nous part de vos remarques à orthographe@lefigaro.fr

(more…)

« Page précédentePage suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.