Entre Nous

5 novembre, 2016

Cédric, carnavalier à Nice

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,FRANCE BALADES — db @ 2:26
Tags: ,

15 décembre, 2015

Quand on rencontre un ex

7 septembre, 2015

Déjà vu

Filed under: CINEMA,COMPRÉHENSION ORALE — db @ 6:00
Tags: ,

2 août, 2015

Description d’une personne

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,DELF — db @ 1:45
Tags:

Une enquête, a short listening exercice.

5 mai, 2015

Dalida-Delon : Paroles, paroles

Filed under: CHANSONS,COMPRÉHENSION ORALE — db @ 1:31
Tags:

Une vieille chanson…

La meme chanson avec les paroles en sous-titres (more…)

27 avril, 2015

Téléphoner en PCV

Collect Call

Pour écouter le dialogue, cliquez ici.

24 avril, 2015

Séverine

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,DELF — db @ 3:44
Tags: , ,

Séverine est une super-nana … comme Madame Bébert et 83% des Françaises entre 25 et 50 ans, Séverine mêne une vie de femme. Elle raconte comment elle réussit à concilier sa vie de famille et sa vie professionnelle. Avec enthousiasme, énergie et éclats de rire ! Un exercice de compréhension aurale de France-bienvenue. Niveau Delf B2 Transcription

Séverine Ah ouais. C’est bien. Mais je suis contente d’être là ce soir, à la gym, pour décompresser.
Anne Un petit peu, c’est vrai. La fin de semaine, là, ça fait du bien.
Séverine Ouais. C’est toujours très dur le… la fin de semaine.
Anne Ouais. Parce que t’as une…
Séverine Bah tu sais, la semaine, les enfants, les devoirs. Du coup, c’est pas toujours facile.
Anne Raconte un peu. Combien tu en as, d’enfants ?
Séverine Allez, trois.
Anne Trois ?!
Séverine J’ai des filles, deux jumelles.
Anne En plus !
Séverine Ouais, qui ont bientôt dix ans et un petit garçon qui va avoir six ans dans…
Anne Oui, ça occupe !
Séverine …dans moins d’un mois maintenant.
Anne D’accord. Oui, oui. Et alors, tu as des jumelles donc ?
Séverine Ouais, ouais ouais. Donc ça … Premiers mois difficiles !…
Anne « Premier mois » au pluriel ou au singulier ?
Séverine Au pluriel !
Anne Oui, je me doute ! (1)
Séverine Les trois premiers, on va dire. Très durs !
Anne D’accord.
Séverine Enfin… (2) très durs… Non. J’ai eu de la chance parce que quand même, elles ont été très sympas. C’était des petites filles qui dormaient bien, qui mangeaient bien. Mais bon, bah voilà.
Anne Oui. On n’ a que deux bras !
Séverine Oui, voilà, on n’a que deux bras. Donc quand ça pleure les deux en même temps, c’est toujours très dur à gérer.
Anne D’accord.
Séverine Et voilà, quoi.
Anne Mais pour toi, c’était une surprise totale de… d’avoir des… ?
Séverine Non, non non. On l’a su tout de suite parce qu’on avait fait un… En fait on avait fait une …
Anne Une échographie, non ?
Séverine Une écho.(3) Mais on avait fait surtout une stimulation ovarienne.
Anné Ah, d’accord.
Séverine Je m’attendais quand même à avoir une grossesse multiple. Mais bon voilà.
Anne Bon, deux filles.
Séverine Mais c’était une heureuse surprise, parce que quand tu fais une stimulation, c’est que tu as du mal à avoir un… des enfants. Donc c’était plutôt une bonne surprise, on va dire.
Anne Deux pour le prix d’un !
Séverine Voilà ! Non, non ! Deux pour le prix de deux ! Très important !
Anne D’accord.Oui, oui.
Séverine Parce que, hein, 2 bébés, ça coûte, quand même !
Anne C’est sûr.
Séverine Tout en double. C’est vrai que c’est pas… Et puis après, toujours pareil, quoi.
Anne Oui, oui.
Séverine La suite aussi.
Anne Et alors après donc… Donc 2 filles, tu aurais pu t’arrêter là.
Séverine Non. Bah j’avais envie de … de voir ce que c’était que d’en avoir qu’un. (4)
Anne Un seul à la fois.
Séverine Un seul à la fois.
Anne D’accord.
Séverine Et puis, c’était une très belle expérience parce que bon, après deux filles, un petit garçon, c’était super. Surtout que c’était le premier dans notre famille, parce que nous, on est une famille de filles. Donc moi, j’ai eu deux sœurs. Après, deux… Mes parents ont donc deux petites filles. Et le premier petit garçon de la famille, c’était…
Anne D’accord. Donc c’est le petit roi de la famille !
Séverine C’était assez innovant, on va dire !… Et le petit roi de la famille, oui.
Anne Il est gâté.
Séverine Ouais, il est gâté, ouais. Mais bon, ils sont tous gâtés.
Anne Oui, oui. Mais alors, c’est ça en fait, toi tu as un boulot (5) quand même…
Séverine Ouais. Bah oui, assez prenant parce que je commence…
Anne Raconte un peu. Qu’est-ce que tu fais ?
Séverine Eh ben, je suis technicienne de labo (6), dans un laboratoire un peu particulier puisque on analyse … c’est … On fait de la recherche de toxiques. Donc recherche de toxiques dans les milieux biologiques, donc pour les gens qui prennent des substances illicites.
Anne Ah, d’accord.
Séverine Drogues, cocaïne, amphétamines, cannabis. Et puis aussi, on fait tout ce qui est analyse de comprimés qui se vendent dans les rave parties… les drogues des rues. Donc on est toujours à l’affût des nouvelles … des nouvelles drogues…
Anne Des nouvelles molécules…
Séverine …des nouvelles molécules, voilà, qui sont en circulation.
Anne Ah bon…
Séverine Donc c’est quand même hyper intéressant…
Anne Mais en fait, tu travailles pour qui alors ? C’est…
Séverine Ah c’est un laboratoire public, Assistance Publique. (7)
Anne Oui d’accord.
Séverine Mais on travaille, voilà, pour Médecins du Monde… (8) Voilà.
Anne Mais alors tu as des horaires quand même variables ou…?
Séverine Bah moi, j’ai de la chance parce que, bon, comme j’ai trois enfants justement, je suis à temps partiel. Donc je fais soit 8 heures – 14 heures 15. Mais bon, 8 heures, ça veut dire que je pars à 7 heures de la maison. Et je peux faire des après-midis aussi, donc midi et quart – 18h30.
Anne Oui, oui. D’accord. Et tu es à temps partiel pour avoir par exemple ton mercredi (9)? C’est ça ?
Séverine Ben… non, j’ai pas mon mercredi.
Anne Ah bon ?
Séverine Justement, je suis en réduction horaire.
Anne Ah…
Séverine Donc je travaille six heures et quart par jour (10) et bon, avec les RTT (11), j’ai un mercredi sur deux. Donc c’est quand même… C’est quand même assez sympa. (12)
Anne C’est possible de s’occuper des enfants.
Séverine Ouais, voilà. Bon j’arrive à jongler, à bien gérer les deux et puis, voilà, je fais les après-midi le vendredi, comme ça, mon mari, il finit plus tôt, il peut les récupérer…
Anne Et tu peux venir à…
Séverine Et je peux venir à la gym quand même. Surtout, surtout ! Donc là, je les quitte le matin et je les vois plus jusqu’à demain matin.
Anne D’accord. Et… personne ne râle (13), à la maison ?
Séverine Non. Non. Bah, au début, ça a été un peu dur et puis maintenant, ben, ils savent. Le matin, quand on se dit au revoir, ils savent qu’on se voit que le samedi matin. Ils viennent faire le gâté (14) dans le dodo (15)! C’est un rituel. C’est « Au revoir, maman… »
Anne Bah puis comme ça, ils sont avec leur papa et…
Séverine Oui, puis c’est bien. Ils profitent de leur papa une soirée aussi. Ils mangent tous les… tous les quatre. C’est bien aussi, hein.
Anne D’accord.
Séverine Voilà.
Anne Bon, bah écoute, on va y aller, en profiter.
Séverine Voilà, On va se faire notre petite séance.
Anne Exactement. Allez, on y va !

Quelques explications :

1. je me doute : j’imagine, j’en suis sûr(e), je veux bien te croire.

2. Enfin… : très employé dans les conversations pour nuancer, préciser, corriger un peu ce qu’on vient de dire.

3. Une écho : abréviation très courante à l’oral pour échographie.

4. D’en avoir qu’un à la fois : il manque « ne ». = de n’en avoir qu’un à la fois.

5. Un boulot : terme familier, synonyme de travail.

6. Un labo : abréviation orale de laboratoire.

7. L’Assistance Publique : c’est le système hospitalier public en France.

21 avril, 2015

Le français, une langue aux racines très multiples

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,LANGUE — db @ 8:23
Tags:

 

De nombreux mots de français trouvent leurs racines dans le latin mais saviez-vous que la langue française compte aussi dans son vocabulaire des mots venus d’Amérique du Sud ou encore de Turquie ? Ainsi, des mots comme caviar ou tulipe viendraient du turc. Le mot tomate quant à lui viendrait d’une langue indigène d’Amérique du Sud, le nawak. D’autres mots de la langue française trouvent leurs racines dans le germanique ancien ou encore les langues régionales comme le normand ou le picard.

L’anglais et le français, des langues très liées

« On a beaucoup emprunté à l’Angleterre à partir de la révolution française. On admirait le système parlementaire britannique » explique Henriette Walter. Et si les emprunts à l’anglais sont nombreux, l’inverse est aussi le cas. Le mot budget en anglais viendrait de l’époque de Guillaume le Conquérant avec le mot bougette. Ce dernier qui signifiait petite bourse aurait été adapté par les anglophones car ils n’arrivaient pas à le prononcer.

Pourquoi les écoliers français ne sont pas en vacances en même temps ?

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE — db @ 2:28
Tags: ,

Zone A, B ou C ? Et pourquoi ces zones ? Toutes les réponses sont dans la vidéo.

5 avril, 2015

C’est quoi, le changement d’heure ?

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE — db @ 5:55
Tags: ,

 

Pour tout savoir sur le changement d’heure.

17 mars, 2015

Comment est née la langue française ?

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,LANGUE — db @ 7:24
Tags: ,

Un énorme sujet…  Mais vous trouverez sur 1jour1actu un début de réponse…

23 février, 2015

Piaf : la foule

Filed under: CHANSONS,COMPRÉHENSION ORALE — db @ 7:46
Tags: ,

Les paroles : Piaf la foule

19 février, 2015

Les loisirs des Français

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,DELF,FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 5:22
Tags: ,

Questions: (more…)

5 février, 2015

La Chandeleur

Les questions

Cyprien

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE — db @ 3:17
Tags: , , ,

 Les questions sont ici : 20 questions sur moi-même

4 février, 2015

Michel Sardou – Je Vole. 1978

Filed under: CHANSONS,CINEMA,COMPRÉHENSION ORALE — db @ 3:24
Tags: , ,

La chanson du film: La famille Belier

La version originale

 

Les paroles

 

29 janvier, 2015

Quand les grands-parents deviennent de vrais soutiens de famille

Une page du journal de 13 heures (mardi /01/2015)

Nouvel effet de la crise : les grands-parents sont devenus des soutiens indispensables pour leurs enfants et leurs petits-enfants. A Sannois (Val d’Oise), Evelyne ferait tout pour sa petite fille Alexandra. Cette retraitée a repris son activité de comptable pour aider sa petite-fille. « Mon enfance, c’était l’après-guerre : on avait pratiquement rien du tout (…). Je n’ai pas envie qu’elle connaisse la même chose », confie-t-elle à France 2.
Elle finance ses cours de danse, mais aussi les vêtements, les fournitures scolaires, les sorties familiales et parfois les courses. Son fils Éric n’a qu’un salaire pour trois. L’aide de sa maman est « un petit plus indéniable ». Pour Evelyne, c’est naturel : « Ce qui compte, c’est leur bien-être ».

« Je suis toujours disponible »

A Chelles (Seine-et-Marne), Muriel consacre tout son temps à son petit-fils William. Elle l’accompagne à l’école le matin, le récupère pour le déjeuner et le reprend en fin de journée. « Je m’en occupe à peu près trois à quatre heures par jour, ou un peu plus… », dit-elle. La réalité se rapproche plus de cinq à six heures quotidiennes. Son aide est précieuse. « Je suis toujours disponible », assure-t-elle.
Chaque semaine, les grands-parents en France consacrent 23 millions d’heures à leurs petits-enfants. C’est autant que toutes les assistances maternelles en France.

Et la suite : Grands-Parents, Coup de pouce

Face à la crise, les grands-parents font désormais office de piliers indispensables au sein des familles. Et les principales cibles de leurs attentions sont leurs petits-enfants. « Les grands-parents sont généreux. Chaque année, ils donnent directement à leurs petits-enfants 1,4 milliard d’euros », explique Jihane Benzina, sur le plateau de France 2.
L’aide peut prendre plusieurs formes : coups de pouce ponctuels, cautions pour un logement, vacances, gardes d’enfants… La journaliste rappelle un chiffre : « 23 millions d’heures par semaine : c’est le temps que passent tous les grands-parents de France à garder leurs petits-enfants. (…) C’est autant que les heures assurées par les assistantes maternelles, et c’est autant, évidemment, que les parents n’auront pas à débourser ».

Des exonérations fiscales possibles

Les grands-parents peuvent bénéficier d’exonérations fiscales. « S’ils versent une aide régulière, ils peuvent déduire jusqu’à 5 698 euros par petit enfant de leurs impôts. De même, s’ils hébergent leurs petits-enfants de manière permanente (…), c’est considéré comme une pension alimentaire : 3 386 euros par petit enfant », poursuit Jihane Benzina.

2 décembre, 2014

Guillaume Apollinaire : Le pont Mirabeau (1912)

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,LITTÉRATURE — db @ 3:52
Tags:

 

pont_mirabeau.jpg

Pour écouter le poème par Apollinaire lui-même

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine (more…)

25 novembre, 2014

Joyce Jonathan : Je ne sais pas

Filed under: CHANSONS,ORAL — db @ 5:42
Tags:

18 novembre, 2014

Faut-il commenter?

Filed under: CINEMA,ORAL — db @ 9:23
Tags:

Oui, mardi soir…

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.