Entre Nous

28 mars, 2018

PARLEZ-VOUS « GENDER » ?

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,LANGUE — db @ 4:22

transgender-1500x660

On croyait que le politiquement correct au niveau du vocabulaire était réservé aux politiques, médias et autres circulaires de l’Éducation nationale. Voilà qu’il investit le champ du sociétal, comme en témoignent en Australie les instructions que la compagnie aérienne Qantas vient d’adresser à son personnel pour qu’il cesse d’employer un « langage inapproprié au genre » avec les passagers. Le but avoué est de ne pas heurter les mouvements féministes et lesbiens, gay, bi et autres genres. Le journal The Telegraph détaille la liste des expressions jugées « potentiellement offensantes » comme toute référence aux « maris » et à leur « femme ». Ou encore au « papa » et à la « maman », qu’il conviendra de remplacer par les termes de « partenaire », « conjoint » et « parents ». Le document indique encore qu’il vaut mieux éviter, au contact du public, des termes comme « love », « honey » ou « darling », ou encore celui de « chairman » en raison de sa connotation masculine….

Ces directives de la compagnie australienne rappellent celles mises en place par le métro de Londres qui n’ouvre plus ses annonces par un « Ladies and Gentlemen » – jugé trop peu inclusif – mais par un « Hello everybody! »

Idem aux Pays-Bas, où les passagers des chemins de fer néerlandais sont accueillis depuis le début de l’année par un « Chers voyageurs », neutre sexuellement, en remplacement de « Mesdames et Messieurs ». Les textes des annonces ont été adaptés pour supprimer toute référence au genre.

Idem, encore, au Canada où les employés des services publics ont reçu comme directive de ne plus appeler leurs compatriotes « Madame » ni « Monsieur » mais de « demander sa préférence à l’interlocuteur avant de l’appeler “madame” ou “monsieur” ». Ou, pour aller plus vite, de l’appeler par « son nom et prénom », révèlent nos confrères de Radio-Canada. Dans le même registre de « langage neutre », le mot « parent » se substituera à celui de « père » ou « mère ».

La ville de Paris n’est pas en reste : dans les formulaires de l’état civil, il n’y aura bientôt plus de cases « père » ni « mère », remplacées par un « parent 1 » et un « parent 2 ». À l’initiative d’une élue de La France insoumise, le Conseil de Paris a adopté à l’unanimité des conseillers présents cette modification sans que l’opposition ne s’en émeuve outre mesure.

Question : qui du père ou de la mère aura le privilège d’être le parent numéro un ? À tour de rôle ou à pile ou face ?

Boulevard Voltaire

Publicités

19 mars, 2018

QUITTER, LAISSER, ARRÊTER, PARTIR, RENDRE

Filed under: GRAMMAIRE,LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 5:04
Tags:

Quitter laisser…

Notes

Exo

12 mars, 2018

RENTRER REVENIR RETOURNER REPARTIR

Filed under: GRAMMAIRE,LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 1:04
Tags:

RENTRER REVENIR RETOURNER REPARTIR (+ ALLER/VENIR)

Notes

Verbes du voyage(1)

30 août, 2017

ÉCRITURE « INCLUSIVE »

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,LANGUE — db @ 6:51

Pour ::

 e l’Des exemple d’écriture incluse

Contre :

UNE OFFENSIVE GAUCHISTE QUI MENACE NOTRE LANGUE

Les Français doivent se mobiliser : faire échec à l’écriture « inclusive » est une bataille culturelle essentielle.

L’idéologie du progrès est par nature sans limite : chaque victoire du camp « progressiste » (comprenez : des forces libérales-libertaires) appelle une nouvelle revendication. Cette course sans fin vers le « progrès » menace dorénavant notre langue, jugée trop « réactionnaire » et « sexiste » par les partisans de l’écriture « inclusive ». Cette nouvelle écriture doit, selon ses promoteurs, réformer notre langue en profondeur pour la débarrasser de ses « stéréotypes de sexe/genre ». Il faudrait, par exemple, modifier systématiquement les noms communs, insuffisamment féminisés, en écrivant les « citoyen.ne.s », les « paysan.ne.s », les « soldat.e.s » ou privilégier l’utilisation de mots neutres, appelés « épicènes ».

Les théoriciens de l’écriture « inclusive » souhaitent donc soumettre notre grammaire et notre syntaxe à leurs lubies égalitaristes, construites sur une incroyable confusion intellectuelle. En effet, si la langue française, du fait de son histoire, n’a conservé du latin que le masculin et le féminin, abandonnant progressivement le neutre, cela ne signifie pas que chaque mot masculin désigne une réalité masculine, et que chaque mot féminin désigne une réalité féminine. Ainsi, nous écrivons LE soleil, car son étymon latin sol est masculin, et LA lune, car son étymon latin luna est féminin. Or, en allemand, c’est exactement l’inverse : soleil est féminin (die Sonne) et lune masculin (der Mond). Le genre des noms découle donc de l’histoire de la langue, et non de motivations sexistes qu’il conviendrait de combattre.

De la même manière, les professions sont presque systématiquement au masculin (un préfet, un écrivain…). Le genre grammatical ne préjuge aucunement du sexe des personnes qui occupent ces postes. Ainsi, le mot professeur est masculin alors que cette profession est largement féminisée : « MON professeur de lettres s’appelle Madame X. » Exiger la féminisation des fonctions (une préfète, une écrivaine…) est donc parfaitement démagogique.

Quant à la fameuse règle indiquant que « le masculin l’emporte sur le féminin », il s’agit uniquement d’une convention grammaticale visant à simplifier les accords. Y voir une « injustice faite aux femmes » relève, là encore, d’une confusion totale. En outre, ces analyses « inclusives » sous-entendent que la langue française, élément central de notre identité et miroir de notre civilisation, serait « discriminatoire », « misogyne », « phallocrate »… Quel mépris pour notre langue, ce trésor de notre patrimoine national !

L’écriture « inclusive » est la déclinaison, sur le plan linguistique, d’une offensive idéologique d’ensemble visant à déconstruire méthodiquement tous les repères les plus fondamentaux de notre société. Dans le sillage de la théorie du genre (qui nie les différences naturelles entre hommes et femmes) ou du lobby LGBT (qui dénature le mariage et l’enfantement), cette écriture absurde constitue la première étape d’une déconstruction générale de notre langue. Loin de se cantonner aux groupuscules gauchistes, cette entreprise de démolition est déjà très avancée. L’écriture « inclusive » compte de nombreux soutiens à l’Université, dans les médias, au sommet de l’État (via, par exemple, le HCE, Haut Conseil à l’Égalité) et naturellement dans les partis politiques.

Cette attaque en règle de notre langue rappelle le « novlangue » décrit par George Orwell dans 1984, où un État imaginaire (Océania) remodèle le langage selon une logique totalitaire. L’écriture « inclusive », comme le « novlangue » orwellien, est de nature totalitaire : elle vise à investir tous les aspects de la vie sociale, sans exception, et à y imposer son idéologie délirante. En attaquant ainsi notre langue, les forces « progressistes » ouvrent un nouveau front dans leur guerre contre la France. Face à cette profanation programmée de notre patrimoine linguistique et littéraire, les Français doivent se mobiliser : faire échec à l’écriture « inclusive » est une bataille culturelle essentielle.

Gilles Ardinat

Professeur agrégé d’histoire-géographie, universitaire et militant souverainiste

 

24 juillet, 2017

Des dialogues

Pour des dialogues anglais-français, allez au dialogue 102  à 28:31.

Un autre:

Et pour qui aiment les histoires:

Première partie:

Deuxième partie:

6 avril, 2017

Puis-je vous appeler par votre prénom ?

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,FRANCE QUOTIDIENNE,LANGUE — db @ 9:21
Tags:

Tous gardiens de cochons

Vous avez remarqué comme moi que l’on appelle de plus en plus de gens par leur prénom. Et que l’on est soit même désigné par notre prénom, même par des personnes qui ne nous connaissent pas du tout, au premier contact.

Cette semaine, je le constate encore lors d’une présentation d’une proposition par une équipe à un client potentiel, à des personnes que l’on n’avait jamais vues. A la fin de la réunion, forcément, c’est « Au revoir Elisabeth; Au revoir Hervé« . Pour faire sympa; pour aussi se rassurer.

(more…)

8 mars, 2017

Les résolutions que l’on ne tient jamais

Filed under: FRANCE QUOTIDIENNE,LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 3:05

24 octobre, 2016

La langue française

Filed under: LANGUE,LIENS — db @ 9:12

23 octobre, 2016

Exercices de prononciation

Filed under: LANGUE — db @ 8:13
Tags:

13 octobre, 2016

Histoire à lire

 

18 juillet, 2016

Typing French Accent

Filed under: LANGUE — db @ 12:00
Tags: ,

As requested, I re-issue this entry: You’ll find a few places here dealing with typing French accents:

How to type accents on any computer
•You can also print this page and keep it as a reference:Making French Accent Marks

4 juillet, 2016

Connais-tu ces mots?

Filed under: LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 3:50

ea369799e0250996229917c42c139fc2

16 juin, 2016

Des couleurs

Filed under: LANGUE,ORAL,VOCABULAIRE — db @ 9:00
Tags: ,

55004469ee488e0fb620b92a89b2ac6d

Source

15 juin, 2016

Le français parlé 1

Filed under: COMPRÉHENSION ORALE,LANGUE,ORAL — db @ 9:21
Tags: ,

Le français parlé 2

31 mai, 2016

Lire entre les lignes

30 mai, 2016

10 Expressions avec le mot FAIRE

Filed under: LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 4:36
Tags: ,

17 avril, 2016

8 conseils

Filed under: ATELIER,LANGUE — db @ 7:49

Source : Nathalie Fle

Pour aller plus loin

31 mars, 2016

An vs année

Filed under: LANGUE,VOCABULAIRE — db @ 11:48
Tags: , ,

Source Ask he French Teacher

21 mars, 2016

La nouvelle orthographe

Filed under: LANGUE — db @ 9:10

Regles de la nouvelle orthographe

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.