Entre Nous

10 septembre, 2016

Les nantis veulent du multicul à tout prix

Filed under: COMPRÉHENSION ÉCRITE,FRANCE QUOTIDIENNE — db @ 10:21

2828452007

Source : Amaury

Les nantis n’habitant pas les quartiers où la « diversité » est présente se réjouissant de la décision du Conseil d’État d’autoriser de fait le burkini, provoc islamiste, veulent du multiculturel à tout prix. Hé bien ils vont en avoir de la différence, de l’exotisme à peu de frais, de la coutume religieuse traditionnelle et pittoresque. Ils veulent du multiculturel car cela flatte leurs vanités. Il voient cela dit le multiculturel en « clichés » de cartes postales : les épices multicolores, les femmes tatouées au henné, les hommes mystérieux derrière leur look de « fier nomade du désert ». Quand ils ont un zeste de culture, cela leur rappelle leur lecture de Jean Genet sur les palestiniens.

Mais leur perception de la différence ethnique demeure donc clairement colonial au fond, ce que l’on peut trouver un rien ironique. Cette conception de la différence est à géométrie variable, elle est liée au masochisme mémoriel constant que la France doit subir depuis des décennies et à cette « haine de soi » de la majorité des occidentaux évoquée par Reynald Secher, une haine d’eux mêmes les amenant à rejeter toute leur histoire, leurs racines, leurs valeurs. L’ignorance le dispute à la sottise, le salmigondis de lieux communs vaguement syncrétistes à la bouillie pour chats très superficiellement humaniste.

Ce n’est en rien par humanisme qu’ils veulent du multiculturel jusqu’à l’absurde, il s’agit juste pour eux de se distraire de leur profond ennui de privilégiés décervelés, profondément amoraux comme l’étaient leurs ascendants mais de manière beaucoup moins hypocrite.

On peut le leur reconnaître…

Car ce sont bel et bien des nantis issus de milieux protégés, bénéficiant encore de réseaux, se cooptant entre eux. Eux prétendent que les privilèges objectifs dont ils bénéficient sont des « sentiments », qu’être encore un bourgeois relève de l’opinion que l’on a de soi. De temps en temps, bien entendu, ils laissent entrer dans leurs rangs un fils ou une fille de prolo, pour l’image, pour se donner bonne conscience. C’est encore mieux bien entendu quand celui-ci est « issu de la diversité », enfin s’il est présentable, s’il n’est pas trop rebelle et qu’il ne la ramène pas de trop durant les soirées mondaines…

…Ils veulent du « bon sauvage » en somme, du « bon sauvage » de service très très gentil et docile.

 

Advertisements

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :